Toronto – Alors qu’est-ce qu’il y a à faire, ici ?

Grand moment de solitude, l’autre jour, quand JC m’a demandé: « Alors, toi qui connais la ville, qu’est-ce qu’on va faire de beau, à Toronto? »

Demande légitime, certes, mais à laquelle j’ai eu bien du mal à répondre. Du coup, je me suis fendu d’un: « Heu… je sais pas… » très convaincant qui a ruiné toutes mes perspectives de carrière en tant que guide touristique.

???????????????????????????????

Toronto n’est pas la ville la plus touristique du Canada. Souvent, les séjours canadiens qui incluent la capitale de l’Ontario passent par les chutes du Niagara (bien à l’extérieur de la ville, quand même!) et la tour CN. Et puis c’est tout.

Peuvent s’y ajouter bien sûr les musées (ROM, Beaux Arts…), les hauts lieux du sport (le Centre Rogers, anciennement Skydome, le Hockey Hall of Fame…), les temples du shopping (Eaton Center…), et les différents quartiers typiques (Kensington market, Queen Street West, High Park…).

J’aurais pu répondre ça, plutôt que « Heu… je sais pas… », parce que je le savais, en fait. Mais dans mon expérience de la ville, ces lieux font partie du décor. Ils ne constituent pas en eux-même l’attraction.

Donc oui, il y a des choses à voir. Mais le lendemain, quelqu’un m’a posé la question: « Alors, qu’est-ce qui t’a manqué de Toronto ? »

« Heu… je sais pas… »

Rien ? Non. Au contraire, pendant de longues années j’ai même rêvé assez constamment de venir m’y installer. Alors quoi ?

Et puis, au bout de quelques minutes de réflexion, la réponse qui me semble maintenant évidente m’est venue à l’esprit: « Les gens. »

La raison pour laquelle j’étais content de revenir à Toronto, ce qui m’a le plus manqué pendant 15 ans, et ce que j’ai pu faire partager à JC, ce sont les gens.

Ca fait carrément lèche-cul, ou discours d’acceptation d’un Oscar des voyageurs de l’extrême, mais lors de ma première année à Toronto, que ce soit à l’université, dans les bars, ou par la scène musicale, j’ai connu une bonne flopée de gens bien, avec qui je suis resté en contact épisodique (la vraie raison d’être de Facebook, pour moi, c’est ça) et que j’ai eu l’occasion de revoir (ou de rater de peu) pendant ce court séjour.

Je suis content, parce que cette expérience, j’ai pu la partager aussi. Les retrouvailles auraient pu être des dîners d’anciens combattants bien chiants pour ceux qui n’ont pas connu la guerre, mais au final, c’est bien les échanges humains qui restent au cœur de ces deux semaines.

Nous avons parcouru le décor, nous sommes allés au musée, nous nous sommes promenés dans les quartiers typiques (le sport et le shopping, un peu moins)… mais ce qui nous donne envie de revenir, ça reste les gens.

Pour protéger les innocents, je ne vais pas inclure une galerie de leurs têtes dans cet article.  Je sais, c’est décevant, mais c’est comme ça. Pour vous consoler, je vous invite à dîner dans le restaurant panoramique de la tour CN. Bon, pas à dîner (vous ne loupez pas grand chose de toute façon), mais au moins à profiter de la vue.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *