Lake Tahoe – Quand les nuages bloquent la vue

En 1992, j’ai participé à un colloque de l’université de Rouen intitulé « Dialogue de continents » et un des souvenirs marquants que j’en garde est une conférence qui illustrait la disneyfication du lac Tahoe. A l’époque, j’ai surtout été séduit par la maîtrise des diaporamas dont faisait preuve la conférencière (c’était quelques années avant l’omniprésence de Powerpoint et ce qu’elle accomplissait avec deux projecteurs de vraies diapositives était époustouflant!). Au-delà de cette prouesse, cette année, j’ai enfin compris ce qu’elle voulait dire.

J’avais retenu de son intervention que le lac Tahoe était un haut lieu du tourisme et quand nous avons décidé de faire un road-trip en Californie, nous l’avons mis sur la liste sans trop nous poser de questions. Tout le monde était d’accord. Même mes apprentis et collègues sur Facebook, comme le prouve l’échange suivant:

  • Nico C. Va au lake tahoe !
    Paul S. Va à Reno !
    Stefan P. Nico, c’est toi qui gagnes. Lake Tahoe était prévu dans le trip, on y restera plus longtemps.
    Marie-paule B. Dommage, Reno ça vaut vraiment le détour, dans le genre « ces gens là ne sont pas comme nous ! »
    Paul S. Une de mes photos du Lake Tahoe à l’époque. Profite bien
    Photo de Paul Saladin.
    Nico C. Pas hésiter à aller traîner à la Emerald Bay (FGQM on y a vu deux ours…)
    Photo de Nico Chap.
    Jérémy D. Je confirme. Reno c’est un peu comme las Vegas revisité façon Bolbec. À voir quand même !

En fait, il y avait tout dans cet échange: Tahoe est un bel endroit, et il est à cheval entre la Californie et le Nevada. Et je ne réalisais pas à quel point cet état de fait pouvait ruiner un site spectaculaire.

Pour commencer, notre éxpérience de l’endroit, ça a surtout été ça:

Un ciel gris et bas... une lumière merdique
Un ciel gris et bas, de la pluie et une lumière merdique

Bon, en général on a plutôt eu de la chance avec le temps cette année, donc on ne se plaint pas trop. De plus, on a réussi a faire de ou trois belles photos quand même.

Mais le problème d’une mauvaise météo sur un site naturel, c’est qu’on se rabat sur ce qu’il y a autour. Et ce qu’il y a autour, c’est une tétrachiée d’hôtels et de commerces, un peu moins de restaurants, encore moins de bars, et une ambiance station de ski (ce que l’endroit est en hiver) où les gens ont l’air heureux de s’entasser pour payer trop cher des produits de mauvaise qualité.

south-tahoe-17south-tahoe-7

Ce n’est pas le seul endroit de ce type, évidemment, mais la situation géographique de South Lake Tahoe lui donne un petit plus.

En Californie, les jeux d’argent sont illégaux. Au Nevada, ils sont un pillier important de l’économie (Las Vegas étant le joyau de la couronne, bien entendu).

A South Lake Tahoe, la frontière du Nevada est matérialisée par une rue (baptisée Stateline, ce qui tombe plutôt bien!) et la différence entre les deux états y est très, très visible.

Ca se matérialise ainsi:

south-tahoe-15 south-tahoe-2

Vous voyez les grands bâtiments ? Eh bien ils se trouvent sur le trottoir côté Nevada. Ce sont des hôtels casinos une salle de concerts (Lady Gaga y jouait la veille de notre arrivée…).

Et du côté californien, on a encore (pour le moment) des petits motels à un étage comme celui où nous avons séjourné.

blue jay hotel

A South Lake Tahoe , le tourisme de masse californien rencontre le kitsch effarant du Nevada. Comme on n’a pas pu profiter de la beauté du site, du coup, on n’a pas trop aimé…

Blasés ? Peut-être.

Mais je reviendrai bientôt sur le terme clé de la conférence de 1992: disneyfication

A suivre!

0 commentaire sur “Lake Tahoe – Quand les nuages bloquent la vue

  1. Bonjour à tous!
    … Disney… Cela me fait penser que j’ai lu dernièrement que les aïeux de Disney seraient d’Isigny en Normandie, ce qui, déformé aurait glissé jusqu’à la prononciation « Disney »… A vérifier… Stef doit en savoir plus là-dessus.
    Isabelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *